Carrières et métiers dans la fonction publique territoriale

    Comment "faire carrière" ?

    La fonction publique territoriale offre aux fonctionnaires territoriaux des possibilités d'effectuer une carrière particulièrement intéressante en termes de responsabilités, de formation, d'employeurs...

    En effet, selon ses compétences, sa formation, ses aspirations, son expérience, les besoins des employeurs publics, un fonctionnaire territorial pourra, au cours de son parcours professionnel :

    • se former (la formation constitue une voie importante de promotion dont bénéficie le fonctionnaire tout au long de sa carrière. Elle est aussi un moyen de renforcer le degré de professionnalisme de la fonction publique territoriale),
    • évoluer hiérarchiquement (notamment par la voie de la promotion interne ou en passant des concours),
    • exercer différents métiers tout au long de sa carrière: voir le paragraphe métiers,
    • changer d'employeurs publics et de régions (la voie la plus utilisée est la mutation). La mutation repose sur l'accord de deux volontés : celle du fonctionnaire territorial qui prend l'initiative de la procédure en se portant candidat à un emploi dans une autre collectivité - par exemple en répondant à une annonce d'emploi ou en envoyant une candidature spontanée -, et celle de l'autorité territoriale qui retient sa candidature.

    Droits et obligations du fonctionnaire territorial

    Parmi les obligations des fonctionnaires figurent le devoir d'information du public, la discrétion professionnelle, l'obligation de réserve, le secret professionnel, l'obéissance hiérarchique, l'interdiction de cumul avec une activité privée lucrative.

    Les fonctionnaires bénéficient également de droits fondamentaux et notamment le droit à la formation professionnelle, le droit à la protection et à la santé, le droit de grève, le droit syndical, la liberté d'opinion, la protection de l'agent contre le harcèlement dans les relations de travail et la communication des documents administratifs.

    Les fonctionnaires territoriaux participent à l'élaboration des règles qui les concernent, au travers de leurs représentants dans les organismes paritaires au plan local et au plan national (conseil supérieur de la fonction publique territoriale).

    La formation

    La formation constitue une voie importante de promotion dont bénéficie le fonctionnaire tout au long de sa carrière. Elle est aussi un moyen de renforcer le degré de professionnalisme de la fonction publique territoriale. C'est notamment le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), qui a en charge la formation de tous les agents territoriaux (formation d'intégration, formation de professionnalisation, préparation aux concours de la fonction publique territoriale).

    Par ailleurs, la loi du 19 février 2007 relative à la fonction publique territoriale crée le droit individuel à la formation (DIF) : les agents territoriaux occupant un emploi permanent à temps complet ont ainsi droit à 20 heures de formation par an.

    La mobilité

    Le fonctionnaire peut changer d'employeur public. La voie la plus utilisée est la mutation. La mutation repose sur l'accord de deux volontés : celle du fonctionnaire qui prend l'initiative de la procédure en se portant candidat à un emploi dans une autre collectivité, et celle de l'autorité territoriale qui retient sa candidature.

    Des "passerelles" existent également entre les trois fonctions publiques - de l'Etat, territoriale et hospitalière par l'intermédiaire de quatre possibilités : le tour extérieur, le concours interne (voie de la promotion), le détachement suivi ou non d'intégration et la mise à disposition.

    Quels métiers exercer dans la FPT ?

    La notion de métier permet au grand public de mieux appréhender les activités praticables au sein d'une collectivité territoriale ou d'un établissement public.

    Le statut des fonctionnaires territoriaux regroupe les emplois territoriaux par cadre d'emplois : par exemple, un "rédacteur territorial" (cadre d'emplois de catégorie B de la filière administrative) pourra notamment exercer le métier d'assistant comptable et budgétaire, de responsable du personnel ou de chargé de communication, selon ses compétences, sa formation, son expérience professionnelle et les besoins de son employeur territorial.

    Certains cadres d'emplois ne correspondent qu'à un seul métier. Par exemple, le cadre d'emplois d'éducateur de jeunes enfants (catégorie B, filière médico-sociale) renvoie au métier d'éducateur de jeunes enfants.

    Pour plus d'informations, consultez le répertoire des métiers de la Fonction Publique Territoriale du CNFPT.